Un budget montre une commune en faillite !

Un budget montre une commune en faillite !

Le budget municipal comporte un tableau des ratios (CM 30/4/18). Ces ratios comparent un certain nombre de valeurs de notre commune avec celles de la « strate », c’est-à-dire de communes comparables en taille et en situation. En clair, on voit tout de suite si la commune est bien ou mal gérée. Et factuellement, nous voyons que sur le plan budgétaire, la commune serait une entreprise privée, elle serait en situation de faillite.

  • Lignes 1 et 7 : Dépenses réelles de fonctionnement / population + 25% et Dépenses de personnel / dépenses réelles +30%. C’est le signe d’une mauvaise efficacité des services. Et ce n’est pas le personnel qui est en cause, mais bien une mauvaise organisation des services dont les conditions de travail des agents se ressentent. On dépense trop, le personnel est en souffrance et le service rendu est médiocre !
  • Ligne 5 : En cours de la dette / population + 39% = surendettement
  • Lignes 8 et 10 : Dépense de fonctionnement et remboursement de la dette / recette réelles 109% et en cours de la dette / Recettes 110% soit des dépassements respectifs de 25% et 39%. C’est-à-dire que nos remboursements de dettes dépassent nos recettes. C’est bien une situation de FAILLITE.
  • Ligne 2 : Produit des impositions directes / population + 47%. Tout le monde s’en était aperçu naturellement, mais les impôts des Villiérains sont beaucoup trop élevés.
  • Ligne 4 : « Dépenses d’équipement / population » : – 58% et ligne 9 : « dépenses d’équipement / recettes » : – 57%. Notre endettement ne nous permet plus d’investir ni de faire de gros travaux. Le patrimoine part en quenouille et on ne fait plus que les travaux dans l’urgence.

Comme nous l’avions déjà évoqué, Madame le maire a surendetté la commune, simplement parce qu’elle n’a pas demandé une participation suffisante au promoteur qui a aménagé le plateau !

Le pire est que cette situation de faillite va encore durer jusqu’en 2020, et le surendettement notable jusqu’en 2026, voire 2028, car il y aura des travaux indispensables à faire. On ne peut pas laisser des bâtiments sans entretien pendant de nombreuses années.

Alors la seule solution que la municipalité a trouvé pour renflouer (un peu) notre déficit : vendre les terrains communaux, les réserves de plusieurs mandats avant l’arrivée de l’équipe actuelle, mais hélas, cela ne suffira pas !