Un Plan Local d’Urbanisme à marche forcée

L’équipe Villiers Village a décidé de lancer la révision du Plan Local d’Urbanisme (PLU) de la commune en décembre 2015. Le PLU est un document d’urbanisme réglementaire. Il définit parcelle par parcelle les règles de constructibilité. Il précise la vocation des terrains à protéger, à construire ou à densifier.

Pour réaliser ce document aux enjeux très importants pour notre quotidien, la municipalité a retenu le bureau d’études Espace Conseil, unique candidat, d’une mise en concurrence étonnante (voir bulletin Elan Solidaire précédent). Le PLU doit passer 3 grandes étapes pour être applicable : un diagnostic de la situation existante, la conception d’un projet de territoire avec un Plan d’Aménagement et de Développement Durable (PADD) et la rédaction d’un règlement de constructibilité à la parcelle.

A Villiers-sur-Orge le PLU a une particularité. La majorité aux commandes en Mairie a décidé d’approuver son nouveau PLU en 18 mois, c’est-à-dire en un temps record. Les conséquences de cette volonté sont évidemment nombreuses.

Dans ce délai la communication et la concertation mise en place auprès de la population sera en conséquence au strict minimum. Ce délai de 18 mois ne permet pas une discussion, un débat entre les citoyens sur les espaces à protéger ou à ouvrir à l’urbanisation. Il n’y aura donc pas malgré nos demandes répétées de véritable concertation, pas d’ateliers participatifs, pas de bulletins d’informations continus, pas d’affichages. Il y aura le minimum légal, rien de plus.

La première des trois réunions publiques obligatoires était d’ailleurs à l’image de ce choix. Elle présentait le diagnostic. Comme aucune information sur cette réunion n’a été souhaitée, à part une ligne perdue dans un bulletin municipal, la réunion publique n’a accueilli qu’un seul villiérain. Et encore il est parti pendant la présentation. Les seuls présents étaient ceux du Conseil Municipal. Donc pas de questions gênantes, pas de prises de décisions opposées. Le scénario était idéal.

Que l’on se rassure, cette réunion publique sans public est recevable juridiquement. Le calendrier peut continuer à avancer. Nous entrons dorénavant dans la phase de conception du PADD.


La présentation, en réunion publique sans public, faite par le bureau d’études Espace Conseil aura été cependant instructive sur la vision de l’équipe Villiers-Village quant à l’urbanisation de la commune.

Dans un premier temps il a été rappelé que la révision était due à des causes extérieures et supérieures. Ces causes imposeraient une révision urgente et rapide. Elles ne donnent cependant pas d’explications sur les raisons de l’absence de révision chez la plupart des communes voisines.

Dans un second temps le bureau d’études a notamment démontré l’intérêt d’une réflexion pour densifier le centre-ville et urbaniser l’espace naturel des Sénillières. Pour mémoire, Espace Conseil est le bureau d’études qui a réalisé « l’étude secrète » pour densifier le centre-ville (voir bulletin Elan Solidaire précédent). En résumé, la présentation bien argumentée arriva à prôner une plus grande urbanisation à court terme pour assurer à long terme une plus grande protection de notre cadre de vie…

Comprendre et partager l’enthousiasme qu’il y a à réviser un PLU rapidement est difficile. Cette absence de volonté de communiquer largement et sereinement est une non-surprise, pour qui suit les pérégrinations urbaines de l’équipe Villiers-Village. Pourtant sur des sujets comme la densification du centre-ville et l’aménagement de l’espace naturel des Sénillières c’est indispensable. Elan Solidaire reproche encore une fois cette vision destructrice et réductrice pour qui apprécie encore notre cadre de vie.

En effet il faut commencer à travailler sereinement et méthodiquement sur ce qu’il faut protéger et mettre en valeur, se questionner sur la capacité et l’état des équipements publics notamment sportifs. Ici, la révision du PLU part à toute vitesse en recensant les terrains à construire, à urbaniser, à densifier. Il semble que l’urgence est de trouver des terrains à bâtir pour faire émerger de nouvelles constructions. On ne se questionne pas sur le développement du cadre de vie avec des jardins partagés, des espaces verts pédagogiques, des pistes cyclables, et autres plans de circulations.

Elan Solidaire redemande donc à la municipalité de travailler avec tous les citoyens dès maintenant pour réussir ce PLU avant qu’il ne soit trop tard.

A l’opposé d’un P.L.U. partagé et réussi