Une révision du PLU inquiétante

L’équipe municipale Villiers-Village, majoritaire au Conseil Municipal, a voté le 15 décembre 2015 pour le lancement de la révision générale du Plan Local d’Urbanisme (PLU). Le PLU est un document réglementaire qui fixe la constructibilité de tous les terrains de la commune. Il définit par exemple les hauteurs, la destination des constructions (logements, équipements publics, etc.), le nombre de places de stationnement, l’emprise au sol des bâtiments, etc. La durée d’existence normale d’un PLU est de 15 ans. Le PLU actuel date de 2007. Sa révision dure en générale 3 ans. Il est donc facile de percevoir que ce document d’urbanisme a des conséquences très importantes pour l’avenir de la ville.

Dans un premier temps, lors de ce Conseil Municipal du 15 décembre, l’équipe Elan Solidaire a demandé les raisons de cette volonté de réviser ce document au bout de 8 ans. Il est bon de noter que la commune de Villiers-sur-Orge a réalisé l’ensemble de son programme de logements en 6 ans (2008-2014) au lieu des 15 ans prévus. La commune pouvait donc largement commencer une révision en 2020. La réponse de l’équipe Villiers-Village fut étonnante : il faut « maîtriser le développement urbain », « maîtriser la densification dans les tissus pavillonnaires existants ». En résumé il faut réviser le PLU pour mieux maîtriser les autorisations de constructions délivrées par la mairie…. Action, qui à les entendre, semble désordonnée et surtout dangereuse à long terme.

Les vraies raisons étaient en réalité clairement exposées dans le texte de la délibération distribuée aux élus. Il suffit d’en prendre certaines phrases comme « la commune de Villiers-sur-Orge a pour volonté de reconsidérer les potentialités d’évolution de la commune en matière d’urbanisation », ou encore, « diagnostiquer les potentiels existants des zones UH ET UG (actuelles zones pavillonnaires) actuellement principales zones ouvertes à l’urbanisation et les éventuels potentiels du territoire de Villiers-sur-Orge à ce jour non identifiés » ou encore « diagnostiquer les potentiels d’urbanisation des zones 2AU » (actuellement composées de champs et de vergers).
Dans un second temps, l’équipe Elan Solidaire s’est étonnée sur l’urgence à réviser le PLU. Il a été répondu par le groupe Villiers Village majoritaire qu’il était urgent d’intégrer les nouvelles lois ALUR, MACRON, NOTRE… dans un nouveau PLU. Les raisons seraient donc extérieures. Le PLU de la commune serait ainsi menacé par une absence de révision car non conforme. Il deviendrait ingérable, voire illégal. Si cette réponse est à prendre en compte car elle est bien réelle à moyen terme, elle n’explique pas cependant pourquoi toutes les villes voisines soumises aux mêmes lois ne se précipitent pas pour le réviser. D’ailleurs cette volonté d’aller vite est confirmée par l’annonce de Mme le Maire de faire cette révision en 1 an ½ au lieu de 3 ans comme c’est la règle. Une partie de la réponse à cette énigme est peut-être à trouver dans la loi ALUR et son article 139 qui annonce que les terrains en zone 2AU qui ne seront pas ouverts à l’urbanisation 9 ans après l’approbation de la précédente révision, soit juillet 2016 pour Villiers-sur-Orge, devront être reclassés en zone naturelle. Il est sûr dorénavant que cette révision permet de trouver de nouveaux terrains à bâtir.

Dans un troisième temps, le groupe Elan Solidaire a proposé, considérant les enjeux, que la population puisse être impliquée par le biais d’ateliers participatifs et de commissions extra-municipales. Le principe serait que les citoyens aient accès aux réflexions et décisions de Villiers-Village dès le début de la révision pour pouvoir donner leur avis, poser des questions, voire faire des propositions. Il n’est pas surprenant d’apprendre que cette demande a été rejetée sous le prétexte que la population sera informée en temps utile, c’est-à-dire, comme le permet le code de l’urbanisme, quand le document aura fini d’être rédigé.

En conclusion Elan Solidaire est inquiet pour cette révision du PLU. La population est en droit de s’inquiéter de ce besoin soudain de réviser le PLU dans l’urgence, dans la précipitation avec le minimum légal en matière de démocratie locale. Dans ce cadre nous invitons tous les Villérain(e)s qui le souhaiteraient à nous questionner, nous solliciter sur cette révision.

Elan Solidaire a toujours préféré donner la parole aux citoyens, plutôt qu’aux promoteurs.
Continuons ainsi.